> La parole à > L’alimentation n’est pas un algorithme !

Depuis des siècles, l’homme a appris à s’alimenter parfois dans des conditions dramatiques du fait des guerres et des fléaux naturels. Sa capacité biologique et technologique à gérer les crises ne s’est jamais démentie. Ses choix alimentaires étaient guidés par son environnement climatique et le rythme des saisons, la culture régionale et son ouverture aux autres, le savoir-faire familial et la transmission à travers les générations.

L’urbanisation de la France a profondément modifié le style de vie de nombreux Français, les coupant de leurs racines et de leur culture alimentaire, les éloignant de leurs parents et grands-parents. Le développement des magasins de grande surface proposant des assortiments gigantesques de produits alimentaires attirants, allié à un rythme de vie individuel et familial réduisant le temps de préparation des repas et le temps passé à table ensemble ont fortement influencé les choix alimentaires.

L’industrialisation de la fabrication de produits et l’allongement des circuits de distribution ont fait gagner en sécurité alimentaire parfois au détriment des qualités organoleptiques et du plaisir du bien manger.

Nous devons reconquérir les sens de nos concitoyens et particulièrement leurs papilles, leur nez.

La table est le premier lieu d’expression de la démocratie participative transgénérationnelle. C’est le lieu de tous les apprentissages alimentaires. Et cela commence dans la famille et à l’école maternelle.

Le BIEN MANGER s’apprend, il est le résultat de connaissances innées et de connaissances acquises. Acquises auprès des autres, de la famille d’à côté, de la région d’à côté, du pays d’à côté, du continent d’à côté.

Le BIEN MANGER ne sort pas d’un algorithme, même créé par des professionnels de la santé et des médecins et traduit en couleurs.

Revendiquons la liberté de BIEN MANGER, le droit de se faire plaisir, de goûter la diversité.

Revendiquons de faire vivre notre patrimoine alimentaire du champ et du pré à l’assiette.

Robert Volut, Président de la FICT.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Lorsque l’on demande aux Français leur définition du bien manger, voici ce qu’ils répondent !

Bien Manger c’est comme être envahi dans tout notre corps par des notes de musique et se laisser...

Le Bien Manger, c’est tout d’abord faire plaisir et se faire plaisir c’est le partage, l’échange....

Laisser un commentaire

Manifeste pour le bien manger

Les Ambassadeurs de la communauté du Bien Manger s'engagent à insuffler un mouvement positif proposant de remettre du bon sens dans l'alimentation et redonner de la valeur à ce que nous mangeons.


En savoir plus

Vous souhaitez participer au débat, défendre un point de vue, saluer une initiative


Contribuez ici

Recevez chaque mois le meilleur de la communauté du bien manger

Depuis des siècles, l’homme a appris à s’alimenter parfois dans des conditions dramatiques du fait…

Prenez 3 minutes et répondez à 5 questions pour participer, dire vos priorités, donner votre…

La street food s’est définitivement bien implantée en France. Et pour cause, restaurants de bagels,…