> curation > Alimentation : gardons-nous de toute tentative normative

lecerfEntretien avec Jean-Michel Lecerf, médecin nutritionniste à l’Institut Pasteur de Lille.

J-M Lecerf / lemangeur-ocha.com

 

 

Taxer les produits trop gras, trop sucrés ou trop salés dans un objectif de santé publique et de lutte contre l’obésité. Adoptée au Danemark ou en Hongrie, l’idée semble faire son chemin en France. Elle figure ainsi parmi les mesures proposées par le Professeur Serge Hercberg en janvier 2014, pour relancer le volet prévention des politiques nutritionnelles. Plus précisément, cette modulation de la TVA serait adossée à l’établissement d’un score nutritionnel, calculé pour chaque aliment en fonction de son nombre de calories et de ses teneurs en graisses saturées et en sel. L’atout de ce score ? Outre la fiscalité, il pourrait se traduire par un code couleur, vert pour les aliments peu caloriques et peu lipidiques, rouge pour ceux dont les taux sont à l’inverse trop élevés. Censé aiguiller les mangeurs dans les linéaires mais aussi pénaliser financièrement les produits jugés nutritionnellement incorrects, ce système sera-t-il efficace pour prévenir l’obésité ? Ou risque-t-il de produire l’effet inverse ? La Mission Agrobiosciences a posé la question à Jean-Michel Lecerf, médecin nutritionniste à l’Institut Pasteur de Lille.

Lire la suite de l'article
A propos de l'auteur

Articles similaires

Bien manger, au-delà d’un système d’étiquetage nutritionnel graphique, est avant tout une histoire...

Manger a beau être un besoin primaire, il ne se réduit pas pour autant à une simple...

Le millet, le petit épeautre, le quinoa ou encore l’orge… Des petites céréales «...

Laisser un commentaire

Depuis des siècles, l’homme a appris à s’alimenter parfois dans des conditions dramatiques du fait…

Prenez 3 minutes et répondez à 5 questions pour participer, dire vos priorités, donner votre…

La street food s’est définitivement bien implantée en France. Et pour cause, restaurants de bagels,…